Pontormo

Publié le par Elise

 Jacopo Carucci, surnommé Pontormo (1494-1557) 
fut le principal représentant du maniérisme, ce mouvement artistique qui, au début du XVIe siècle, remit en question l'image idéaliste de l'homme et l'harmonie formelle de l'art de la Renaissance. 
Ce peintre florentin tomba dans l'oubli durant plus de trois siècles, peu après sa mort, une chape de silence recouvrit son   existence... Il est étrange qu'un peintre aussi doué que Pontormo, qui fut actif dans l'un des plus grands centres de la Renaissance italienne, ait pu à ce point sombrer dans l'anonymat. Aucun autre contemporain florentin de Pontormo n'a connu semblable destin. Il aura fallu attendre l'influence des courants d'art modernes tels que l'impressionnisme, l'expressionisme et le cubisme pour que soit révélé l'importance déterminante de l'oeuvre de Pontormo.








Reproduction de la fresque de l'Annonciation de Pontormo.
Huile sur toile.



Lors de mon voyage à Florence et après trois jours à visiter musées, palaces, églises et monastères, acablée par la chaleur, les pieds gonflés de fatigue et la tête saturée d'oeuvres de la Renaissance,  je me réfugie dans une petite église pour m'asseoir un moment et profiter un peu de la fraicheur du lieu. 
Je m'avance dans l'allée centrale, un coup d'oeil distrait sur l'architecture, à peine un regard pour les tableaux exposés, mon seul intéret du moment un banc en bois, m'asseoir enfin... je choisi celui du fond, de là je prendrai le temps d'admirer les jeux de lumières des vitraux, et c'est au moment de m'asseoir que je me retrouve face à "l'annonciation", fresque de Pontormo, peintre dont je n'avais encore jamais entendu parlé. Je me fige brutalement, je viens de prendre en pleine face toute l'émotion qui émane de cet oeuvre. Le coup de foudre... je tombe instantanement en amour pour cette oeuvre. Douceur, bienveillance, confiance, séreinité... c'est d'une telle sensibilité... la surprise passé, je détaille le chef d'oeuvre, je suis abasourdie... je prend une leçon... tous ce qui aurait pu détourner l'attention de la seule manifestation de l'émotion est éliminé... la simplicité du décors et des vetements, la position des corps... Marie est surprise dans son élan, elle se retourne, elle se dirige vers l'avant mais son corps penche vers l'arrière, sa main l'immobilise dans ce mouvement. Son visage exprime une légere surprise mais reste ouvert, l'archange Gabriel a une position étonnante aussi, en plein vol ! les jambes en action comme s'il marchait dans l'air... c'est surprenant... ce qui l'est aussi c'est le choix de l'angle de vue de son visage, 3/4 dos... le centre de sa tête est son oreille! le regard est quasi innexistant est malgrès cela son expression est entière! même le choix des couleurs est déroutante... ce rose, cet orange, ce bleu et surtout ce vert lumineux sur le voile de Marie... sans parler de la mophologie des corps que l'on pourrait prendre pour de la maladresse artistique... je suis émerveillée... Pontormo est plus qu'un maître... c'est un génie !

Eglise Santa Felicita Cappella Capponi, si vous allez un jour à Florence... ne passez pas à côté.

Commenter cet article